Études conso

Bilan 2022 : Les Français et leur pouvoir d'achat

 

En 2022, l’inflation a atteint un niveau historique en France obligeant les consommateurs à adapter leurs comportements d’achat. Et si tout au long de l’année, les Français ont exprimé leur inquiétude vis-à-vis de leur pouvoir d’achat, leur envie de ne pas se restreindre et de se faire plaisir est resté très important pour eux. 
En ce début d’année, l’heure est au bilan : quelle a été la relation des Français avec la consommation en 2022 ? 

 

Des Français plus inquiets et mécontents qu'en début d'année

 

 

Evolution état desprit 2022

 

Durant l’année 2022, le sentiment global des Français par rapport à leur pouvoir d’achat demeure largement négatif même si on remarque un léger recul dans la dernière vague du baromètre (81%, -4 pts vs août). 

Pour autant, en décembre, les Français étaient plus nombreux à se sentir mécontents (34%, +3 pts) et inquiets (49%, +1 pt) qu’en mars dernier. 

Tout au long de l’année, les femmes sont restées plus négatives que les hommes (en moyenne 7 points de différence). Les hommes ayant un état d’esprit plus positif en cette fin d’année par rapport au début d’année (32% vs 23% en mars). 

Sans surprise, les catégories socio-professionnelles dites supérieures citent toujours des adjectifs positifs pour qualifier leur état d’esprit (31% contre seulement 20% des catégories populaires en décembre). Les 18-24 ans, dont le statut est pourtant plus précaire, ont adopté durant toute l’année un état d’esprit plus positif que la moyenne, contrairement aux personnes plus âgées. 

 

Une augmentation des prix perçue pour les achats contraints et plaisir mais ressentie différemment selon les Français

 

Dans ce contexte tendu, durant toute l'année 2022, l’augmentation des prix a été davantage perçue par les Français, que ce soit pour les achats contraints ou pour les achats plaisir. 


Concernant les achats contraints, une majorité estime que les prix augmentent beaucoup par rapport à la dernière vague (+9 pts vs août). Les femmes sont davantage conscientes de la hausse des prix par rapport aux hommes cette année.  

Au niveau de l'âge, ce sont Français les plus âgés qui ressentent fortement cette augmentation.

 

Au niveau des achats plaisir, même constat : 6 Français sur 10 ont perçu une hausse des prix en 2022. A noter que ce sont  les inactifs qui demeurent les plus nombreux à percevoir cette augmentation. 

 

Des marges de manœuvre moins restreintes qu’en début d’année mais qui restent limitées

 

Slide-1-les-marges-de-manoeuvre-1

 

En comparaison avec les résultats de mars dernier, les Français considèrent avoir plus de marge de manœuvre grâce à leur pouvoir d’achat en cette fin d’année. Cependant, si la majorité des Français déclarent avoir des ressources suffisantes pour financer leurs dépenses jusqu’à la fin du mois ou vivre décemment, un tiers des répondants reconnait rencontrer des difficultés à s’en sortir. Et cela semble s’aggraver par rapport à août dernier : 34% (+3 pts vs août) ne peuvent pas financer leurs dépenses jusqu’à la fin du mois et 37% n’ont pas de quoi vivre décemment (+3 pts vs août). 

 

Au-delà des besoins vitaux, la moitié des Français déclarent ne pas pouvoir se faire plaisir ou faire plaisir à leurs proches. Et ce résultat s’accentue en cette fin d’année, puisque 52% des Français peuvent faire plaisir à leurs proches (-4 pts vs août) ou à eux-mêmes (48%, -4 pts vs août). De même, pour la première fois, plus d’un Français sur 2 déclarent ne pas pouvoir partir en vacances (55%, +7 pts vs août). Enfin l’épargne et l’investissement restent toujours inenvisageables pour plus de 6 Français sur 10. 

 

On note de fortes disparités en fonction du sexe : les hommes considèrent avoir plus de marges de manœuvre que les femmes et creusent l’écart par rapport aux résultats de début d’année.  

Des différences sont également à noter au sujet de l’âge. Si par rapport à mars, les jeunes entre 18-34 ans parviennent davantage à financer leurs dépenses et à vivre décemment, ils y arrivent moins que la moyenne et moins que leurs ainés. 

En toute logique, les Français disposant de revenus moins élevés voient l'ensemble des marges de manœuvre se restreindre par rapport au début de l’année (-15 points en moyenne). 

 

Pour autant, les Français ont à cœur de continuer à se faire plaisir malgré des marges de manœuvre limitées.

 

Dans un contexte de crise, l’achat plaisir reste essentiel

 

Durant l’année 2022, les Français ont toujours témoigné leur envie et leur besoin de continuer à se faire plaisir malgré le contexte. Pour 9 Français sur 10, chacun a le droit de se faire plaisir, quelques soient ses moyens et ses envies. Et d’ailleurs, ils sont 80% à déclarer en décembre ne pas souhaiter avoir le sentiment de se priver (+5 pts vs août).  

Et, lorsque l’on demande aux Français comment ils alloueraient 500€ de revenus supplémentaires tous les mois, le montant alloué aux achats plaisir reste constant. Ce résultat démontre bien toute l’importance des achats plaisir, qui sont effectués au moins de temps en temps par plus de 6 Français sur 10 en moyenne. 


Cependant, surtout en cette fin d’année, les Français ont le sentiment que cela coûte plus cher de se faire plaisir avec des achats (92%, +5 pts vs août) et que la hausse des prix les empêche de se faire plaisir en consommant (73%, +4 pts vs août). Pour la première fois en décembre, on constate que le sentiment de se faire plaisir reste élevé uniquement pour les produits d’hygiène. Les courses alimentaires engendrant désormais majoritairement un sentiment de restriction pour les Français. 


Dans ce contexte, les Français cherchent des solutions pour continuer à se faire plaisir en optimisant leur budget. Et cela passe en grande partie par une quête de promotions qui permettent selon les Français de faire de bonnes affaires (74%, +4 pts vs août) et de réaliser des achats plaisir (70%, +2 pts vs août).  

 

Pour découvrir l'ensemble des résultats, n'hésitez pas à télécharger notre rapport d'étude complet.

 

New call-to-action

 

 

Marie Gallais
Marie Gallais

Content Marketing Manager

Envie d'en savoir plus ?

Recevez la newsletter Bonial France dès maintenant